A LOUER

Cher propriétaire parisien, bonjour,

Je viens de voir ton annonce proposant un logement à louer, sur un site d’annonces de particulier à particulier parce qu’à 26 ans et après 8 déménagements en 7 ans je refuse toujours de devoir lâcher l’équivalent d’un mois de loyer à une agence immobilière dont la tâche a consisté à te téléphoner à ma place.

D’ailleurs, « j’ai vu » est un bien grand mot.

Aussi devrais-je plutôt dire « j’ai entraperçu une lueur d’espoir malgré l’inflammation oculaire que me cause ma recherche de logement à Paris au rythme de 5h d’internet tous les soirs en rentrant du travail », mais c’est un peu long à lire je crois, et je ne veux surtout pas retarder ta lecture du 48ème mail en réponse à ton annonce postée il y a 12 minutes.

Ainsi donc, ton annonce m’intéresse.

Disons qu’elle a l’avantage de se démarquer, en ce que tu proposes un espace habitable muni d’une cloison, et crois-moi, propriétaire, ça m’a frappée.

Jusqu’ici, je m’étais dit que c’était sans doute une pratique moderne que de faire pipi tout en remuant la ratatouille ; en regard de cela, le logement que tu proposes a beau être un tantinet ringard, il a au moins le mérite de lutter contre le développement de l’obésité. D’autant que « situé au 7ème sans ascenseur », c’est très intéressant pour ne jamais avoir les jambes lourdes. (#TeamDoctissimo)

Alors je voulais quelques précisions, quand même, parce que tu ne mets pas de photos. Je sais, c’est très compliqué, de mettre des photos sur l’internet, à une époque comme la nôtre. Seulement, il faut que tu comprennes quelque chose, propriétaire : c’est compliqué de connaître l’objet d’un contrat quand on ne sait pas à quoi il ressemble.

Mets-toi à ma place : quand tu vas au supermarché avec un bandeau sur les yeux, es-tu bien sûr que ce que tu saisis dans les rayons est une boîte de conserve de petits pois ? Peux-tu vraiment t’assurer qu’il ne s’agisse pas de choux de Bruxelles ?

Et bien pour un appartement c’est pareil. Alors même s’il faut prendre une photo où on ne verra que la cuvette des toilettes, prends-là. (#TeamInstagram)

On n’est pas idiots, les locataires, on sait parfaitement que dans un appartement de 20 m² c’est compliqué d’avoir suffisamment de recul. On t’en voudra pas, on fera nous-même un puzzle reconstitutif à partir du bout de cuvette, du coin d’évier et de la latte de parquet devant le radiateur.

Bien. Donc d’une part, je voudrais savoir où est la troisième pièce de ton trois-pièces. Parce que quand tu écris « séjour, chambre, cuisine », tu es parfaitement conscient que la cuisine n’est pas une pièce, en ce sens qu’on ne peut pas dormir dedans, à moins de rentrer très tard et très ivre chez soi.

Ensuite, je voudrais savoir si tu requérais une taille maximale de locataire. Personnellement, je fais 1,70m, et je me posais la question de savoir si ta précision « mansardé » n’allait pas poser un problème ; 25m² au sol, ça passe, si je vis couchée (et tout le monde sait que pour vivre heureux il faut vivre couché, la Nature est bien faite) ; mais 12 m² loi Carrez ça implique une certaine organisation, par exemple.

D’autre part, je souhaite connaître le mode de chauffage de cet appartement ; il semblerait que 800€ hors charges constitue la règle pour se loger à Paris, mais tu comprends bien qu’y ajouter 150 € de charges (pour l’entretien de l’ascenseur, j’imagine… oh wait.) et 140 € d’EDF parce que ce sont des convecteurs électriques et que ton appartement est de classe énergétique W, soit tout de suite plus ennuyeux.

Un peu comme quand, à l’achat d’un vernis à ongles, il faut ajouter la base, le top coat et le bain dissolvant. (#TeamVernis)

À présent parlons finances.

Tu mentionnes un « dossier » avec de « sérieuses références ». Je souhaite savoir ce que tu entends par là.

En effet, de manière générale, un dossier fait référence ou bien à l’Administration, ou bien aux dernières photos à poil sur la table de ton patron durant la Saint Sylvestre. Je n’ai pas de photos à poil de mon patron, en revanche je suis assez coutumière des dossiers papier avec des cotes et des sous-cotes. Je sais même faire des dossiers dont la reliure consiste en une armoire à volets, j’espère que ça te mettra en confiance.

Pour ce qui est des sérieuses références, renseignements pris, il semblerait qu’à l’instar de tes petits camarades, tu souhaites avoir connaissance de mes 38 derniers bulletins de salaire, de mes 4 derniers avis d’imposition, de mon contrat de travail à durée indéterminée avec mention manuscrite de son irrévocabilité absolue pendant 58 ans, et d’une attestation de ma banque disant que je possède un compte près d’être délocalisé aux îles Caïman.

Cela me paraît légitime. Bien que particulier, ton statut de propriétaire immobilier te donne évidemment le droit de connaître l’ensemble de mon état civil et de ma situation administrative et financière.

Tu m’objecteras sans doute qu’il s’agit avant tout pour toi d’obtenir toutes les informations utiles afin de te garantir que je serai toujours en mesure de payer le loyer, ce que je comprends tout à fait, encore que je ne saisisse pas très bien pourquoi, si tu es si craintif, tu n’as toujours pas songé à prendre une assurance loyers impayés. Il faut savoir être prévoyant jusqu’au bout, propriétaire, réfléchis !

D’ailleurs, moi, quand je vais à la piscine, je demande toujours au maître nageur de me produire son BNSSA, son contrat de travail, ses 3 dernières analyses sanguines et le ticket de caisse de son maillot de bain. On sait jamais.

En outre, tu demandes des garants, au pluriel.

Permets-moi ici de te corriger, ne le prends pas mal, mais on dit une caution.

D’ailleurs, on ne demande pas de verser une caution mais un dépôt de garantie, tu confonds tout, c’est pénible un peu.

Donc mes cautions doivent être mes parents selon toi. Il est vrai que dans le monde de Candy, les parents sont deux, et ils s’aiment très fort, ils ont un compte joint et gagnent le triple du salaire de leur fille – qui à 26 ans n’a d’ailleurs toujours pas la notion de l’argent et ne peut certainement pas être autonome (en plus, EN PLUS c’est une fille) – puisqu’ils sont vieux mais pas trop, sinon ils seraient à la retraite et ce serait plus compliqué.

Je te remercie de contribuer à la stabilité de la société en refusant de parler aux gens qui n’ont pas un papa et une maman (on ne ment pas aux enfants, etc.) et qui ont l’affront de voir ce seul parent gagner si ce n’est l’équivalent, du moins à peine plus qu’eux. À terme, on est en droit de se poser la question : depuis quand la classe moyenne se permettrait-elle d’envoyer ses enfants vivre ailleurs avant leur 30ème anniversaire ? Inadmissible.

Tu as raison, je comprends, il vaut mieux avoir pour locataire une étudiante en arts plastiques de 18 ans munie de parents exilés fiscaux, qui fera sa crise d’adolescence l’année prochaine et t’obligera à engager une procédure en référé expulsion, suivie d’une autre procédure de recouvrement de créance auprès de ses anciens, plutôt qu’une brave petite fonctionnaire qui sait où elle en est et en sera certainement encore au même point dans un an.

Ainsi donc, il faut en venir à la visite que tu proposes tel jour à telle heure en mentionnant l’adresse du logement.

Je souhaite savoir si ce dernier est proche d’un parc ou d’un square pour planter ma tente, étant entendu que nous serons très certainement 350 candidats et qu’il vaut mieux être premier, un peu comme pour les dédicaces de Justin Bieber à la FNAC.

D’autre part, peux-tu me dire s’il y aura un rouleau à tickets comme à la CAF ? Je ne voudrais pas rater bêtement mon tour.

En second lieu, j’espère que cela ne te chagrinera pas que je ne vienne pas forcément en personne, mais que par exemple je délègue la visite à une amie.

Je sais que tu aimerais juger sur pièce, et qu’il est vrai que l’on peut connaître l’avenir d’un contrat simplement en regardant une personne (existe-t-il une étude à ce sujet ? Sait-on si les rousses ont un pouvoir d’achat supérieur aux poivre et sel ? est-ce qu’avoir les dents du bonheur implique d’être mieux en mesure d’honorer mensuellement un loyer ?), mais le fait est qu’avant toi, j’ai un autre propriétaire. C’est dur à entendre, je sais, mais je n’arrive pas à Paris ab initio, vois-tu, j’avais une vie, avant toi. Je vis à quelques 500km de là, et il me semble déraisonnable d’engager un aller-retour en TGV pour venir visiter un appartement plus courtisé que Jeanne-Antoinette Poisson en 1745.

Un aller-retour en TGV, c’est l’équivalent de ma facture d’EDF et de téléphone réunies, pour te prouver que j’ai le sens des priorités.

Voilà, je crois que c’est tout, j’attends avec impatience ta réponse, qui ne viendra sans doute jamais, puisque le minimum légal de politesse qui consiste à répondre aux mails que l’on reçoit suite à une annonce semble faire exception aux propriétaires parisiens (je te précise que tu es le 18ème que je contacte depuis 15 jours, et qu’un seul d’entre vous a cru bon de devoir répondre que malheureusement son appartement avait été loué – celui-là je lui aurais roulé une pelle tant j’étais heureuse d’avoir une preuve que ma messagerie fonctionnait bien) ; si tu as un peu de temps j’aimerais que tu m’expliques pourquoi vous y dérogez, un jour.

Bien cordialement,

Gros bisous.

Solinette.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Test de QI (niveau facile) *